✂️Stéphanie

Pour mieux te connaître

 

Qui es tu ?

Je m’appelle Stéphanie, et je suis responsable de toute la coupe à l’atelier

Quel est votre parcours ?

Je n’avais pas envie de faire d’études, et je savais coudre. Je suis donc entrée dans un atelier de confection. Ce n’était pas une vocation. Mais c’est toujours un plaisir de travailler ici. Autrement je serai partie.

Ça va faire 10 ans fin décembre que je travaille ici, depuis la création de l’entreprise. J’étais là quand l’ancien atelier a fermé, et avec 6 autres couturières, nous avons décidé de le reprendre. Nous ne voulions pas perdre notre emploi, et en avons profité pour devenir nos propres responsables. Depuis il n’y a plus d’administration, nous gérons tout nous mêmes, et chaque employée a des parts dans l’entreprise. Ça permet à chacune d’avoir un rôle dans la prise de décision.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce métier ?

La coupe ! Que la coupe ! Je ne veux plus piquer. Auparavant, je cousais beaucoup, pour mes enfants surtout. Mais c’est fini tout ça.

J’apprécie de voir les vêtements prendre forme au fur et à mesure des différentes étapes. Mais je préfère placer les patronages, chercher les meilleures possibilités de placement pour utiliser le moins de tissu possible. Sauf quand il y a des raccords de motifs à faire. Le pire c’est les carreaux ! Mais on essaye toujours de faire bien.

Et au final, c’est agréable de couper les tissus.

Quelles sont vos autres missions ?

Je forme aussi Barbara à la coupe. Je ne resterais pas ici éternellement, il faut laisser la place aux jeunes. J’aime aussi transmettre mon expérience. J’ai appris beaucoup en 40 ans de métier, et c’est normal de le transmettre.

Quelle étape vous plaît le moins dans la confection ?

Le repassage ! C’est long et ennuyeux mais indispensable pour monter correctement les produits.

Je n’aimerais pas non plus être à une machine. Chacune des filles a un poste défini et fait toujours la même chose. Je trouve ça trop répétitif. Alors qu’avec la coupe, ça change en fonction des tissus et des patronages. On utilise plusieurs machines de coupe aussi. Ça permet de ne pas se lasser.

Stéphanie en pleine coupe avec la scie à ruban
Stéphanie en plein travail de coupe avec un tiptop
Une des machine de coupe utilisée pour nos jupes

Toi et Les Jupons de Louison

 

Qu’est ce que vous aimez dans Les Jupons de Louison ?

Quand vous aviez demandé à être produit chez nous, j’ai tout de suite dit oui. Personnellement je n’aime pas les jupes longues. Mais j’aime bien Clémence. J’aimerais bien en avoir une. Ma fille aussi les aime bien, je vais lui en offrir une pour ses 18 ans. C’est des jupes très simples, fluides. Et le tissu est très doux.

Quelle étape préférez-vous dans la confection d’une jupe ?

Le final. Quand le vêtement est fini, et qu’on voit le tombé final. Je peux encore reconnaître chaque morceau que j’ai coupé. Comme c’est moi qui commence la chaîne de production, ça boucle un peu le processus. Il s’écoule parfois plusieurs jours entre la coupe et le vêtement fini et prêt à envoyé.

Comment se passe la coupe d’une jupe ?

C’est essentiellement Barbara qui s’en est chargé. Les courtes ça va, elles sont plaisantes à faire. Mais alors la portefeuille [Constance]… C’est très long. Il n’y a que 2 morceaux, mais ils sont très grands. On y passe beaucoup de temps. Plus d’une demi heure pour ce modèle.

Il faut aussi qu’on réfléchisse en amont à la machine qu’on va utiliser : au vu de l’épaisseur du tissu, on peut faire des matelas sans soucis, en général on fait 20 couches. On place du papier kraft entre chaque couche pour éviter que le tissu bouge. Ça adhère et permet d’avoir un tracé net. Ensuite pour la coupe, on utilise le tiptop [une sorte de ciseau électrique] et ça va tout seul !

Le prototype de la robe était très plaisant à faire. Comme ici on est spécialisé dans les jupes et les pantalons, on a rarement des robes à faire. Ça change ! Et le modèle est très beau !

Merci Stéphanie pour ta passion et ton temps  !

Merci de mettre autant d’amour dans la fabrication de nos jupes 💃



X