La Maison Bélinac, des tissus Made in France

Le 7 Juin dernier, je me suis rendue dans les ateliers de Bélinac, l’un de mes fournisseurs de tissus Made in France.

J’ai tellement été émerveillée par le procédé de créations que je voulais vous en parler sur le blog ! Pour ceux et celles qui suivent Les Jupons de Louison sur Instagram, vous avez déjà pu voir un petit aperçu lorsque j’étais sur place. Pour les autres, séance de rattrapage 💓

Mais avant toute chose, qui se cache derrière la Maison Bélinac ?

La Maison Bélinac est une histoire de famille ! Elle a été fondée par Albert Bélinac en 1882 à Aurec sur Loire et s’installe définitivement à Saint Étienne en 1906. C’est aujourd’hui Yann Biville qui est à la tête de cette belle Maison et ce depuis 2007. L’entreprise a su traverser les siècles de part ses valeurs d’endurance, de robustesse et de fidélité symbolisées par leur animal totem : l’Éléphant. C’est dans leurs superbes ateliers que j’ai pu découvrir leur histoire :

Avant de confectionner les jolis tissus de mes différentes jupes, la réputation des Soieries Bélinac était basée sur le tissage de rubans de soie et ce jusqu’à la Première Guerre Mondiale. Ces rubans étaient destinés en grande majorité à un usage militaire afin d’orner le bérets de marins ou encore les képis. Ces rubans sont conservés dans les archives de Bélinac 🎀

 

La Maison Bélinac a comme volonté de proposer un large choix de matières, de compositions et de colorations. C’est parmi de nombreux tissus que j’ai craqué, entre autres, pour le tissu des jupes Clémence et Hortense. Le tissu de ces deux modèles est fabriqué en polyester intégralement français !

 

 

Lors de ma visite, j’ai pu assister aux différentes étapes de fabrications du tissus. Je n’ai malheureusement pas eu l’autorisation de photographier l’intégralité des étapes mais voici quelques photos 💕

 

 

J’ai, tout d’abord, pu assister au montage du tissu ! L’objectif est de créer des bobines, j’ai été impressionné par le nombre de fils. Il faut 600 bobines écru ou noir pour créer une chaîne.

Ce travail demande beaucoup de minutie et de patience. Ainsi, toute la journée, une personne se charge de faire les nœuds nécessaires pour confectionner chaque tissu. On appelle cette étape l’ourdissage correspondant à la préparation de la chaîne. Pour vous donner une idée, il faut 23 272 fils pour réaliser un modèle tel Scarlette Brocard.

 

Les tissus sont ensuite tissés grâce à une machine à tisser composée d’aiguilles. Les tissus sont tissé en écru ( sans avoir la couleur définitive) pour les unis ou en couleurs pour les jacquards.

Une fois les métrages de tissus confectionnés ils sont envoyés dans un second atelier pour être teints.

Les tissus sont plongés dans des bains de teintures afin de prendre la couleur souhaitée. Nos autres modèles tels que Camille Toile de Jouy ou Constance passe, quant à eux, par la case impression. En effet, c’est à l’aide d’une imprimante que les motifs sont réalisés. Une fois l’impression terminée, les motifs et/ou la teinture sont fixés dans des bains brûlants. La température de ces bains dépend du type de matière. Une fois toutes ces étapes réalisées, les tissus sont rincés au savon de Marseille, puis séché pour pouvoir repartir dans les ateliers de Bélinac avant d’être envoyé.

J’ai été ravie de pouvoir assister à la fabrication des tissus. J’espère, que tout comme moi, vous avez pu en apprendre davantage sur la fabrication française de ces tissus.

 

Si vous avez des questions n’hésitez pas à nous les poser !!

 



X